vendredi 13 juin 2008

Kumano mode - Jour 1

Notre première journée de marche débuta comme prévu vers les 8h, à partir de Takijiri-oji.
Kashi avait des bâtons de marche, auxquels je n’avais pas pensé. Heureusement pour moi, des bâtons de bamboo de différentes grandeurs sont disponibles aux points importants (Takijiri-Oji, Takahara-jinja, Fushiogami-Oji, etc.), j’ai donc pu m’équiper un peu mieux pour ma marche.
Nous avons pris quelques clichés, et nous sommes mises en route, de très bonne humeur toutes les deux.





La bonne humeur fit très rapidement place à l’abondante sueur : avec une température de 25 degrés celsius et un facteur humidex de 50%, je ruisselais après 5min de marche. À noter que la première ascension, de Takijiri-Oji à Takahara-jinja est assez brutale. Mais le moral tenait bon! Kashi et moi avons ris, pris des clichés de la nature à toutes les demi-heure, joué avec les crabes d’eau douce qui parsemaient le chemin (Kani FAITO!!!), chantées à pleins poumons, fait la connaissance de bébés hirondelles, bref – nous nous sommes bien amusées!


















C’est peut-être pour cela que nous sommes arrivées à Nakahechi avec 2h de retard…..o_o
Nous avons d’ailleurs profité d’une escale à Nakahechi pour prendre un café et un pain à mon petit resto bio préféré – Boku. J’étais vraiment super contente de revoir les filles avant mon départ.
Nous sommes arrivées à Nonaka Sansou, notre première auberge, vers 19h30, épuisées et rompues. Mais tout de même assez éveillées pour profiter du sento, et de la délicieuse cuisine de notre hôtesse (des fleurs et des feuilles de thé en tempura! Délicieux!)

lundi 9 juin 2008

Mon pèlerinage

Après mon petit voyage en solitaire, je suis revenue à Tanabe afin d’effectuer un vrai pèlerinage, cette fois-ci accompagnée de Kashi, qui, bien que née dans la région, n’avait elle non plus jamais effectué le voyage complet à pied sur les routes de Kumano.
Je dis « vrai pèlerinage » car lors des autres excursions que j’ai auparavant effectuées dans le cadre de mon travail, nous n’avions parcourus que quelques sections du chemin de pèlerinage de Kumano kodo.
Donc, Kashi et moi avons planifié cette excursion en prévoyant bandages (nous ne sommes pas habituées à marcher plus de 10h par jour, des blessures sont donc à prévoir), eau et stricte nécessaire de voyage – pas besoin de tente ou autre équipement car nous avons réservé un ryokan pour chaque soirée.
Nous comptons partir de Takijiri-oji, à 30min d’autobus du centre-ville de Tanabe, et le début des sections de la route enregistrées comme patrimoine mondial. La première journée sera longue : nous marcherons lentement, n’ayant pas eu le temps de nous entrainer rigoureusement avant le départ. Nous sommes toutes les deux en forme physique moyenne, n’étant pas particulièrement sportives ni l’une ni l’autre. Nous avons cependant marché ensemble auparavant, et avons un rythme similaire, nous sommes donc confiantes que nous réussirons, malgré la lenteur de notre marche.
Brad nous a d’ailleurs bien conseillé, lui qui était guide dans les montagnes rocheuses canadienne, sais bien s’occupé de groupes avec divers niveaux de marcheurs. Le but, dit-il, est d’avoir un rythme que nous pourrons garder tout au long de la journée et ce dès le départ. Il ne faut donc pas partir trop rapidement, ou bien accélérer vers la fin : c’est le meilleur moyen de se fatiguer trop vite ou de se blesser.
Avec tous ces bons conseils en tête (surtout ne pas oublier de bien boire et manger), nous nous sommes donc préparées et avons prévu prendre l’autobus de 7h30, et arriver à notre premier logis vers 17h00.
Avec tous les préparatifs terminés, nous allons souper, Kashi, Brad et moi, avec Tada-kaicho, la directrice du bureau de tourisme qui ne pourra se joindre à nous plus tard dans la semaine pour mon party d’aurevoir (un autre :).
Nous avons mangé italien, un petit resto très sympathique où je n’avais jamais mangé auparavant. Merci beaucoup pour tout Tada-kaicho! :)

Hitori tabi - Beppu

Beppu s’avère être un mélange du très touristique et du très local. La petite ville est reconnue pour ses sources chaudes et ses bains de sables chauds. Certains des geysers ont été aménagés en sortes de parcs appelés les « Enfers » - il y a plusieurs bassins colorés à quelques coins de rues les uns des autres représentants chacun l’enfer de la mer, de la terre, du feu, etc.
Pour ma part, je n’avais pas l’intention de visiter les Hells. Je voulais plutôt aller découvrir les petits onsens reculés qui sont mentionnés dans le Lonely Planet. Je suis donc sortie des sentiers battus et suis allée me tremper les pieds (l’eau était vraiment très chaude) dans une petite source naturelle sommairement aménagée et gratuite, au cœur des montagnes.
Je suis ensuite redescendue et j’ai visité l’Enfer de la mer… ça m’a suffit. J’ai plutôt voulu aller essayer un rotenburo maison qu’un homme aimant les bains a fait construire dans sa cour. J’y étais seule, tout comme au premier bain, et la vue sur la ville et l’océan au loin était magnifique. Ça en valait le détour!
Je suis ensuite allée prendre un de ces fameux bains de sable – enterrée sous plusieurs kilos de sables fumants, avec seulement le visage qui dépasse, je n’ai pu tenir que 15minutes. Mais c’était oh combien confortable!
J’en ai ensuite profité pour aller manger dans un petit sushiya-san recommandé par le propriétaire du Ryokan où je logeais. C’était un tout petit resto-comptoir, et je me suis tout de suite sentie bien à l’aise – c’était un resto familial, et local, avec des poissons frais pêchés quelques heure plus tôt : un vrai délice!
Le ryokan offrait aussi ses bains privés (3) et onsen maison – je m’y suis donc rebaignée après mon repas… et ensuite je me suis couchée, complètement vidée. 4 bains brûlants par jour, c’est peut-être trop…
Le lendemain, encore vidée et déçue de la température maussade, je decidai de prendre le train plus tôt : à sept heure de Tanabe, le retour serait long, et je devait prendre du repos en prévision de mon prochain petit voyage…

Hitori tabi - Fukuoka

Après ma visite de Miyajima, je retourne à Hiroshima en train pour prendre le Shinkansen jusqu’à Fukuoka. Je quitte pour la première fois l’île principale de Honshu et me dirige vers Kyushu.
Fukuoka me donne un léger choc suite aux grands espaces de Miyajima : c’est une très grande ville (la plus grande de l’île) et extrêmement moderne. Je n’ai pas eut le temps de beaucoup visiter et je suis restée principalement au centre-ville, mais cette ville m’a semblé être une Tokyo sur stéroïdes. Elle grossit vite, en plein essor économique, mais un peu n’importe comment. C’est ma première impression…
Je cherche les yatai, les vendeurs de la rue, qui s’installent après le coucher du soleil pour vendre des soupes ramen et autres fast food typiquement japonais. Les ramen tonkatsu sont la spécialité de l’endroit, et ceux que j’ai goûté était vraiment à la hauteur de leur réputation!
Je ne suis tout de même pas fâchée de quitter Fukuoka pour me diriger vers Beppu, petite ville de la grosseur de Tanabe et ma dernière destination.

Hitori tabi - Miyajima

Le lendemain, je pars tôt d’Hiroshima et me rends par bateau à Miyajima. L’image de ce tori sur pilotis, en plein milieu de la mer, est très reconnue de part le monde. C’est le 3e site du patrimoinde mondial de l’UNESCO (après Himeji et le Dôme atomique d’Hiroashima) que je visite durant ce voyage.
Il y a énormément de touristes sur la petite île de Miyajima… et presqu’autant de daims. Tout comme à Nara, près de Kyoto, les daims sont dociles et presque apprivoisés. Et ils sont partout, et n’ont pas de prédateurs naturels. Le sanctuaire d’Itsukushima est coloré, très étendu et aussi sur pilotis. Lors de ma visite, un mariage était en cours de célébration. Un moine en traditionnel costume de lion (je crois) a offert une dance aux nouveaux mariés. C’est une chance que j’y était à ce moment et que j’ai pu le photographier…

Hitori tabi - Hiroshima

Hiroshima est bien sûr tragiquement célèbre en tant que première ville victime de la bombe atomique, le 6 août 1945 à 8 h 15.
J’ai d’ailleurs concentré ma visite autour du parc de la paix, du dôme atomique et du musée de la paix. Troublant, tragique, et provoquant de grandes questions sur notre humanité. Une journée profondément perturbante, mais je me devais de la vivre, d’aller porter respect aux victimes, en tant qu’être humain.




Hitori tabi - Himeji

Arrivée à Himeji vers les 10h, le temps est maussade et une petite bruine tombe sur le plus gros château médiéval japonais encore debout, rénové il y a quelques dizaines d’années avec précaution et reconstruit selon les méthodes ancestrales.
Ce château est impressionnant et ses jardins et douves sont gigantesques. Il a d’ailleurs servi de plateau de tournage à plusieurs classiques du cinéma tels les Kagemusha de Kurosawa, ou encore la mini-série Shogun (1980).
En fin de journée : direction Hiroshima.

Hitori tabi - Kobe















Décidée à visiter des coins du Japon où je n’avais pas auparavant mis les pieds, j’ai tiré profit du merveilleux système ferroviaire qui fait la fierté des nippons, et suis partie explorer.
Mon premier arrêt est à Kobe, grande ville qui a débuté en tant que ville dortoir pour les travailleurs d’Osaka et qui est maintenant tristement célèbre grâce au terrible tremblement de terre qui rasa son centre-ville en 1995. Kobe est d’ailleurs facilement accessible de Tanabe – un autobus voyageur relie les deux villes directement, presque sans escales (un voyage de 3h, comparativement au 2h30 nécessaire à atteindre Osaka).
Je suis arrivée en ville vers les 11h, et me suis assise dans un charmant petit café gothique, tout de rose, de noir et de macarons français. Que voir en ville? Kobe est reconnue pour ses brasseries de sake, alignées le long de la côte. Mon premier arrêt sera donc le musée de la brasserie Hakutsuru (Grue Blanche). Ils y ont une description détaillée du procédé historique de fermentation et de fabrication du vin de riz. Et une dégustation aussi. Bien intéressant!
Je décide ensuite de me promener et d’aller faire un tour de téléphérique : plusieurs téléphériques relient le centre-ville (Station Shin-Osaka) aux sommets des Monts environnants. Je vais donc voir le Mont Rokko, au sommet duquel se trouve un musée des odeurs et un jardins d’herbes aromatiques. J’y attend le coucher de soleil : la vue y est magnifique!
De retour à l’hôtel, je planifie ma journée de demain : je prend le train tôt le train qui me mènera à Himeji, autre site du Patrimoine Mondial de l’UNESCO, à 1h30 de Kobe.

mercredi 28 mai 2008

Tranche de vie

Sans avoir de guide qui sait où se cachent les expériences culturelles, il est plutôt difficile de faire des découvertes révélatrices, surtout en ville.
Attention : par « expériences culturelles », je ne sous-entends pas le Jpop, karaoke et autres commodités facilement accessibles. Je pense plutôt aux petites expériences qui font qu’on a l’impression d’en avoir appris un peu plus sur la psyché d'un autre peuple, d’avoir fait l’expérience de quelque chose qui n’est généralement réservé qu’aux initiés.
Tanabe est remplie de petits restaurants qui ont une clientèle de récidivistes (clients qui passent plusieurs soirées par semaine dans le même petit restaurant). Lorsque l’on vient de l’extérieur, on ne sait pas nécessairement quelle est la spécialité de chacun – on l’apprend en s’y rendant et en devenant l’un des habitués.
Cette semaine j’ai eu la chance de découvrir deux nouveaux petits restos. La patronne du premier, qui se nomme Wasabi, offre la plus sélection de Shochu (alcool de blé ou de pomme de terre, entre 20 et 35%) en ville. Elle offre aussi des cocktails maison à découvrir, et des menus de dégustation de Shochu – elle en sait vraiment beaucoup sur ce type d’alcool et les différentes marques disponibles.
Nous sommes aussi allé chez Uogokoro : le patron de cette izakaya, un maître sushi, ne se lasse pas d’enseigner son art à ses propres clients. En effet, il est possible de préparer ses propres sushi sous la supervision du « Master ». J’ai sauté sur l’expérience – j'ai préparé (sous supervision toujours) notre plat de sashimi et un plat de nigiri. La coupe du poisson est très précise et la façon dont on le coupe varie pour chaque type de poisson. Un défi!

video

lundi 26 mai 2008

J'ai un toit.

Oui, j’ai un toit. Sur lequel il y a une terrasse. Une terrasse dont je ne connaissais pas l’existence avant aujourd’hui. Je ne la connaissais pas puisque mon colocataire avait, semble-t-il, oublié son existence.
Qu’importe, je vais en profiter cette semaine! (Avoir su avant! Que d’opportunités perdues! Combien de combo bière+coucher de soleil manqués!)





dimanche 25 mai 2008

Tanabe à vélo

Le temps semblait à l’orage mais nous avons tout de même décidé de tenter notre chance et d’aller nous promener à vélo.
Il existe un audioguide de la ville de Tanabe avec tous les endroits historiques ou culturels situés près de la gare de Kii-Tanabe. Si l’on a un vélo par contre (on peut en louer à la gare pour la journée), il est aussi très agréable de sortir de la route prescrite et d’aller visiter les quartiers plus reculés. Il y a vraiment des tonnes de choses à découvrir.
Nous avons suivi la rivière durant environ 30minutes et nous sommes retrouvé dans un petit quartier résidentiel avec de vieilles maison traditionnelles qui s’étendait sur le flanc d’une montagne. La vue, d’en haut, était surperbe.
Nous sommes aussi tombés sur un petit sanctuaires au cœur d’un quartier assez industriel – un îlot de paix tout près de la rivière.





vendredi 23 mai 2008

TGIF

C’est vendredi, et c’est la fin de mon avant-dernière semaine au Bureau de Tourisme… Le temps passe vite!
Nous avons de la grande visite du Manitoba – des amis d’enfance de Brad. Ils ne restent qu’une journée, alors nous ne pouvons aller très loin, mais nous souhaitons quand même qu’ils fasse l’expérience de la région.
Au programme : lunch sur les rochers de Tenjinzaki, onsen Sakinoyu à Shirahama (sur la falaise surplombant la mer), et souper dans quelques izakayas près de la station Kii-Tanabe.
La soirée se termine donc tard (et bien arrosée) dans un karaoke! (sentiment de déjà vu…)


































Note : en se rendant au onsen de Shirahama, nous sommes passés devant un hotel (château? Manoir? Lapins volants?) qui nous a surpris au point où nous avons dû nous arrêter pour prendre une photo… Shirahama est une station balnéaire qui offre aux visiteurs plusieurs hôtels, plages de sable blancs et parcs d’attractions... Ainsi que plusieurs style architecturaux variés.